Médecins du Monde : Expulser en soignant, un nouveau protocole thérapeutique contre la gale ?

Publié le jeudi 22 mai 2014

(Paris, le 22 mai 2014) Hier, le préfet du Pas-de-Calais annonçait sa décision d’expulser les migrants présents sur différents sites de la ville de Calais tout en leur proposant un traitement contre la gale alors même qu’une épidémie touche ces personnes vivant dans des conditions intolérables. Les associations sur place s’indignent de cette décision prise sans concertation et dénoncent la mise en danger de personnes en grande précarité.

Dans les conditions annoncées, les malades ne seront pas correctement soignés et l’épidémie ne sera pas stoppée. Cette annonce va amener les populations à quitter leurs lieux de vie sans avoir été soignées, ce qui risque d’étendre l’épidémie aux autres camps de la région.

Par ailleurs, les centaines de migrants qui ne s’inscrivent pas dans une démarche de demande d’asile seront dans une situation de vulnérabilité encore accrue. Les propositions de prise en charge des mineurs isolés étrangers ne semblent pas adaptées à l’accueil spécifique dont doit bénéficier tout mineur sur le territoire français.
L’épidémie de gale est bien la conséquence du non-respect des recommandations émises depuis des années par les associations et les autorités de santé[1] qui demandaient que des structures d’hygiène (points d’eau, douches, latrines) soient installées à Calais.

Ces conditions d’expulsion ne respectent pas la circulaire du 26 août 2012 « relative à l’anticipation et à l’accompagnement des opérations d’évacuation des campements illicites ». Celle-ci prévoit notamment un temps de concertation entre tous les acteurs impliqués pour que des solutions alternatives de relogement soient anticipées.
Les associations dénoncent des mesures prises sans concertation qui combinent des soins inadaptés à des expulsions. Elles souhaitent que des mesures efficaces soient prises pour assurer une prise en charge des personnes migrantes respectueuse des droits fondamentaux.

Associations signataires :
Médecins du Monde ; Délégation du Secours Catholique du Pas de Calais ; France Terre d’Asile ; L’auberge du migrant ; Calais ouverture humanité.

Documents joints

Lire aussi

Mobilisons-nous pour la scolarisation de tous les mineurs isolés étrangers (MIE), à Nates et partour en France

7 juin 2016
Les membres des associations nantaises : Le MRAP, le Gasprom, RESF, AJS, La Cimade, la LDH, le collectif UCIJ (Uni(e)s contre l’immigration jetable), le collectif MIE ainsi que de nombreux …

Manifestation anti TAFTA organisée à Paris, dans le cadre de la journée mondiale anti TAFTA, samedi 18 avril 2015 à 18H, de la place de la République à la place Stalingrad

14 avril 2015
Le 18 avril 2015 est la journée mondiale contre les traités des multinationales. À Paris et partout en France, les citoyens et citoyennes marcheront, danseront, et agiront de 1000 et une manières …

Communiqué de l’ANCIC du 28 octobre 2014 concernant le délibéré au procès en appel de X DOR

30 octobre 2014
Vous pouvez aussi lire le CP en ligne sur notre site internet en cliquant sur le lien ci-dessous CP du 28 octobre 2014 Délibéré au procès en appel X.DOR à nouveau condamné pour délit d’entrave à l’IVG …

153 organisations lancent la campagne nationale : Rendez-nous la carte de résident !

19 juin 2014
La Cimade, 64 rue Clisson – 75013 Paris La réforme du Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (Ceseda), bientôt soumise au vote du Parlement, prétend « sécuriser le parcours …